28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 15:22

Comment a-t-on pu penser qu'à force de penser,

la pensée parviendrait à autre chose qu'elle-même ?

La première croyance de la pensée, c'est elle-même.

Mon travail ne consiste pas à représenter le réel mais à représenter la pensée au sein du réel. Or, comment représenter la pensée à elle-même ; donner à voir le processus réflexif de tout esprit qui se produit en même temps qu’il se représente ?

Comment rendre sensible la pensée, matérialiser son abstractivité, exposer sa réalité ? Comment en être l’image et s’en faire le miroir ?

La pensée est mon objet de réflexion dont je mets en scène la réflexivité. Comme telle, je tends à la théâtraliser, c'est-à-dire transmuter ses représentations s'ignorant comme telles en représentations conscientes d'elles-mêmes; muer l'illusion en invention...

Les matériaux les plus hétéroclites et les plus improbables sont exploités pour réaliser des concepts sensibles et empreindre le devenir humain d’un animal qui a trouvé la bonne idée d’avoir une idée à la place des choses...

Virginie Boutin

Ce n’est pas parce qu’on déserte la toile que l’on s’absente à soi-même ! Puisque je n’ai pas publié de prises de vues des installations et œuvres réalisées depuis un certain temps ni même annoncé les expo en cours ou clamé mon actualité comme on déclinerait son identité, je vous livre une première série « expérimentale » d’un travail engagé en photographie – un médium vertigineux tant il précipite les horizons… N’hésitez pas à me faire part de vos impressions !

Corpstrait. VB. 2016.

Corpstrait. VB. 2016.

Crâne-rit. VB. 2016.

Crâne-rit. VB. 2016.

Extrait de réalité. VB. 2016.

Extrait de réalité. VB. 2016.

Foi ambiante. VB. 2016.

Foi ambiante. VB. 2016.

Génocide. VB. 2016.

Génocide. VB. 2016.

Invitez la mort à dîner en tête à tête, elle n'en sera que plus digeste... VB. 2016.

Invitez la mort à dîner en tête à tête, elle n'en sera que plus digeste... VB. 2016.

La contemplation. VB. 2016.

La contemplation. VB. 2016.

La grande foire. VB. 2016.

La grande foire. VB. 2016.

La rencontre. VB. 2016.

La rencontre. VB. 2016.

L'écrivain.VB. 2016.

L'écrivain.VB. 2016.

Point de détail. VB. 2016.

Point de détail. VB. 2016.

Transhumanisme. VB. 2016.

Transhumanisme. VB. 2016.

L'Autoportrait. VB. 2016.

L'Autoportrait. VB. 2016.

Dissection. VB. 2016.

Dissection. VB. 2016.

Comptine. VB. 2016.

Comptine. VB. 2016.

Hiatus. VB. 2016.

Hiatus. VB. 2016.

L'obscure clarté. VB. 2016.

L'obscure clarté. VB. 2016.

Misogynies. VB. 2016.

Misogynies. VB. 2016.

Point de vue. VB. 2016.

Point de vue. VB. 2016.

Temps pis. VB. 2016.

Temps pis. VB. 2016.

REFLEXIF. VB. 2016.

REFLEXIF. VB. 2016.

Dyade. VB. 2017.

Dyade. VB. 2017.

Théâtre de poche. VB. 2017.

Théâtre de poche. VB. 2017.

Notes sur la photographie (Pensoir de poche IX, VB, 2017). 

 

L'illusion que le monde serait semblable à son image photographiée en entretient une autre, plus tenace encore qui consiste à croire que le monde serait semblable à l'image que nous en avons. 

Photographier, c'est questionner le chemin qui mène de la perception à la représentation en l'empruntant soi-même. 

Car la photographie réintroduit dans l'image l'unité indissociable du corps du sujet et de l'espace de la représentation. Tout photographe est, en effet, présent/visible corporellement dans se images, ne serait-ce que par sa taille qui impose une certaine hauteur de vue à son appareil et inscrit son point de vue. 

En d'autres termes, l'acte de photographier produit une nouvelle dimension dans la représentation où se donne à voir sa propre présence, sa présence à soi-même, une sorte de scène improbable depuis laquelle je vois, je suis vue et je me vois. 

Certainement est-ce ici que se situe le point de jonction, la connivence et résonance entre mes recherches et le médium photographique en ce qu'il permet une mise en abîme de la pensée, un jeu de miroir où la pensée, précisément, se réfléchit. 

Dès lors, la réflexivité devient un fait observable, un théâtre inédit où la pensée se regarde penser, se joue d'elle-même en se déjouant et se rejoue indéfiniment.

VB, 2017.

Repost 0
Published by Virginie Boutin, artiste-essayiste
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 00:00

Présentation1-copie-1

 

 

Comment a-t-on pu penser qu'à force de penser,
la pensée parviendrait à autre chose qu'elle-même ?
La première croyance de la pensée, c'est elle-même.
Mon travail ne consiste pas à représenter le réel mais à représenter la pensée au sein du réel. Or, comment représenter la pensée à elle-même ; donner à voir le processus réflexif de tout esprit qui se produit en même temps qu’il se représente ?
Comment rendre sensible la pensée, matérialiser son abstractivité, exposer sa réalité ? Comment en être l’image et s’en faire le miroir ?
La pensée est mon objet de réflexion dont je mets en scène la réflexivité. Comme telle, je tends à la théâtraliser, c'est-à-dire transmuter ses représentations s'ignorant comme telles en représentations conscientes d'elles-mêmes;
muer l'illusion en invention...
Les matériaux les plus hétéroclites et les plus improbables sont exploités pour réaliser des concepts sensibles et empreindre le devenir humain d’un animal qui a trouvé la bonne idée d’avoir une idée à la place des choses…
 

Brèves 

Publication de la première partie du

"Pensoir de poche- Fragments d'une pensée à l'oeuvre" dont voici la présentation, à découvrir sur le site de la revue PLASTIR : link

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce Pensoir de poche, fragments d’une pensée à l’œuvre, propose une sorte de mise en abîme de l’activité cérébrale qui consiste à opérer en permanence des modifications de soi.

 

Dans le prolongement ou la filiation des penseurs par fragments, à l’instar de Montaigne, Nietzsche et Valéry, ce non-livre, sans narration, ni début ni fin, en ce sens que nous pensons toujours dans et avec une pensée qui nous précède et nous succède, n’est pas un répertoire d’idées ou de formules mais l’expression d’une pensée qui s’essaye à elle-même.

 

Car il s’agit bien, en effet, d’appréhender le processus même de la pensée en train de se faire et non d’atteindre un résultat, d’empreindre sa complexité, ce qui à proprement parler est tissé ensemble, ses connexions insolites, associations d’idées et emboîtements d’images improbables, comme sa réalité.

 

En d’autres termes, ce Pensoir tend à représenter la pensée à elle-même, à contre-courant de notre tradition philosophique dissociant le sujet pensant de l’objet de pensée – comme si l’on pouvait s’abstraire de soi. L’occultation de la pensée est peut-être bien le comble de notre pensée s’ignorant comme telle, s’entêtant à ne pas faire retour sur elle-même.

 

Or, la réflexion consiste précisément pour la pensée à se réfléchir, aussi nous faut-il, pour rendre intelligible l’activité cérébrale, nous saisir de sa réflexivité comme point de départ de toutes nos spéculations.

 

Ce Pensoir de poche, est un manifeste pour un art de penser qui permettrait d’éprouver comment se forment nos représentations et nos idées, c’est-à-dire comment s’invente notre pensée en expérimentant précisément sa propension à l’invention comme constitutive de son identité, ainsi caractérisée par son devenir perpétuel ou son jeu permanent.

 

Dès lors, je m’en remets à vous, vous confie mon intimité et interpelle votre curiosité à l'égard de cette recherche et essai d’une pensée artiste, plus encore, d’une pensée révélée à elle-même, s’affirmant dans la création et se revendiquant dans l’exposition de sa propre réalité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'ensemble des éléments constituant ce site (photographies, images, textes, concepts, etc.) est protégé par les dispositions du code de la propriété intellectuelle et les conventions internationales sur le copyright. Vous ne pouvez utiliser ces données, les reproduire, les republier, les retranscrire, les transmettre totalement ou partiellement. Toute diffusion doit faire l'objet d'une autorisation préalable auprès de l'artiste.

                                           En poursuivant votre visite du site, vous acceptez les conditions ci-dessus.

 

Repost 0
Published by Virginie Boutin, artiste-essayiste

SITE EN DECONSTRUCTION

WORK IN PROGRESS & SANS ATELIER FIXE

non visibles pour le moment.

La Vie Dont Nous Sommes Artiste...